Interview Ryan Key WYTTSY par Bombshellzine.com

Auteur : Bombshellzine.com

Yellowcard se prépare à la sortie de leur nouvel album "When You're Through Thinking, Say Yes" depuis plusieurs mois maintenant. La date de sortie de l'album approche : le 25 mars sous le label Hopeless Records. Il y a quelques semaines, Deborah Konopnicki a rencontré le chanteur Ryan Key pour discuter de l'album et de Yellowcard.

Salut Ryan, comment ça va ?

Ca va, merci, et toi ?

Ca va. Alors où en est Yellowcard ?

Nous partons pour le Japon samedi matin. Ca sera mon huitième voyage là-bas je crois. C'est vraiment cool. C'est une de mes destinations préférées. J'y suis allé tellement de fois. Je sais déjà où manger, où me promener. C'est vraiment super de commencer la tournée là-bas car c'est le dernier endroit où nous avons joué avant de partir en hiatus. Nous reprenons où nous nous sommes arrêtés.

C'est un peu ta résidence secondaire, étant donné le nombre de fois où tu y es allé ?

Complètement ! Mais je n'y suis pas allé depuis longtemps, ça doit faire deux ans et demi. Ca va être génial d'y retourner. C'est vraiment un endroit familier pour moi. Je ne ressens même plus le choc culturel. Tokyo est une ville géniale. C'est comme une surcharge sensorielle. On s'y habitue seulement après y être allé plusieurs fois. J'adore cette ville.

Comment avez-vous décidé du hiatus ? Est-ce que c'était pour faire autre chose ou est-ce que vous vouliez juste faire une pause ?

Je ne peux pas parler au nom de tout le monde mais je pense que nous avions vraiment besoin de temps loin du groupe. Je pense qu'un des facteurs qui nous a le plus motivé est que nous avions travaillé très dur pour l'album précédent, "Paper Walls". Les gens ont écouté l'album, nos fans étaient impatients, tout le monde l'aimait et nous avons eu un très bon retour. Et puis la maison de disque nous a laissé tomber. Nous attendions beaucoup de choses autour de l'album et le label n'a rien fait. Nous étions vraiment fatigués. Mentalement et émotionnellement. Il y avait évidemment aussi des problèmes à l'intérieur du groupe. Je ne pense pas que nous aurions fait un bon album si nous nous étions obstinés à retourner en studio pour nous ressourcer, même si c'était ce dont nous avions besoin pour continuer. Après "Paper Walls", il fallait soit faire un break, soit continuer d'écrire des chansons et faire des tournées. Je ne pense pas que nous aurions fait un album à la hauteur à l'automne de l'année dernière si nous avions enregistré un album tout de suite. Et c'est vraiment pour le mieux. Il faut prendre de la distance pour mieux revenir. Cela transparait dans chaque chanson du nouvel album.

Est-ce que la musique vous a manqué ?
Oui, énormément. Particulièrement les tournées et les concerts, c'est ce que je préfère. Je me suis remis à écrire des chansons dès que nous avons arrêté la tournée. C'était pour m'assurer d'entretenir le muscle de l'écriture. Les concerts m'ont vraiment manqué donc j'ai hâte de reprendre !

Alors que la tournée continue à prendre de la vitesse et que vous avez déjà fait un concert, qu'est-ce que ça vous fait de remonter sur scène après tout ce temps ? Est-ce qu'il faut reprendre l'habitude ou puisque vous en avez tellement fait, ce n'est plus un problème ?
Effectivement notre premier concert était à l'automne dans le sud de la Californie. C'était incroyable. Il y avait des fans du monde entier qui avaient fait le voyage pour nous voir. Il y avait une énorme énergie dans la salle toute la soirée. En tant qu'artiste, c'était bizarre. Monter sur scène et rentrer dans le rythme d'un concert de rock, ça faisait longtemps qu'on ne l'avait pas fait ! Un vrai challenge. Une fois le concert commencé, c'était génial.

Les gens étaient plutôt impatients d'entendre des vieux tubes ou d'enfin entendre du nouveau ? Vous avez joué le premier single de l'album, "For You, And Your Denial". Quelle a été la réaction des fans ?
C'est le seul nouveau morceau que nous avons joué et c'était génial ! Nous étions vraiment impatients de le jouer. Nous en avons beaucoup discuté entre nous après le concert : cette nouvelle chanson était géniale et tout le monde a beaucoup aimé. Ca se voyait vraiment. Il y avait tellement d'énergie dans la salle que ça résonnait. Les gens ont directement posté les vidéos sur YouTube. D'habitude, je déteste m'écouter ou me regarder en live mais j'étais vraiment content cette fois. Ca aurait pu être pire ! J'aime vraiment cette version live de la chanson. J'ai toujours été fier de nous. Ca a vraiment initié le buzz autour du nouvel album. Les fans postaient les paroles avant même d'avoir une version "propre". Ils avaient seulement la version live de YouTube. C'est super. Ce concert a été une grande expérience. J'ai hâte de recommencer !

Cette chanson est sur votre nouvel album "When You're Through Thinking, Say Yes". Comment s'est passée l'écriture de l'album ? Était-ce différent après cette période de séparation ?
La plus grande différence pour cet album est que nous avons fait beaucoup de démos et d'enregistrements avant d'enregistrer l'album final. Nous n'avions jamais fait ça. Généralement nous étions en tournée et nous écrivions et enregistrions un peu par-ci par-là et enregistrions un peu à la maison. Maintenant, nous avons notre propre studio et nous pouvons y aller et travailler quand nous voulons. Nous avons passé toute cette année à travailler et à trouver des idées, réécrire pour les démos. Ca nous a permis de trier ce qui nous plaisait de ce qui ne nous plaisait pas et d'écouter ce que ça donnerait. Nous répétions des chansons sur lesquelles nous avions tous travaillé ensemble. Tous les membres du groupe connaissaient les chansons et nous étions déjà très impatients. C'était super. Tout comme pour nos premiers albums, nous avons beaucoup travaillé ensemble. Nous nous mettons tous ensemble et nous avons pu retrouver l'énergie de notre groupe sans forcer les choses. Ca c'est passé naturellement. Je suis impatient parce que c'est une magnifique évolution et une croissance que vous pourrez entendre. Il y a aussi un côté nostalgique. J'ai vraiment hâte.

Est-ce qu'il y a des chansons qui caractérisent vraiment cette impatience ou des chansons que vous préférez dans l'album ?
Nous avons sorti "For You, And Your Denial" en premier pour l'excitation contenue dans la chanson. Musicalement, ça nous différencie vraiment. On sait où on est et on sait ce qu'on écoute. C'est pour cela que nous avons choisi cette chanson. Il y en a d'autres sur l'album. Ma préférée est sans doute "See Me Smiling". Je ne saurais pas dire pourquoi. Ca changera peut-être avec le temps. Quand l'album est nouveau, on change toujours d'avis. Mais j'aime vraiment la musique de cette chanson. Particulièrement l'interlude, c'est un des meilleurs qu'on ait jamais fait.

"For You, And Your Denial" a été posté sur absolutepunk.net il y a quelques semaines en exclusivité. Je crois qu'il y a eu 45 000 clics en seulement quelques heures après la mise en ligne. Avez-vous été surpris par l'enthousiasme des fans d'écouter un nouveau Yellowcard ou vous y attendiez-vous après tout ce temps ?
Oui, je crois que le premier jour, il y a eu 100 000 clics. C'est juste de la folie ! On a fait crasher le site ! C'est fou. La chanson a été mise en téléchargement sur iTunes et elle est arrivée dans le top 40 et est passée numéro 1 des chansons de rock alternatif aux États-Unis. C'est incroyable ! Ca n'a duré que quelques jours mais elle est passée à la radio et elle montre la vague de fans de Yellowcard. Ca promet pour la suite ! Ca nous met en confiance. Il y a tellement de gens qui sont intéressés par le groupe et par ce que nous faisons. Le fait de prendre du temps pour nous ne nous a pas du tout fait de mal. Au contraire, je pense que ça nous a aidés car les gens sont encore plus impatients.

strong>Vous avez tourné un clip fin janvier ?
Oui, on vient de tourner deux clips il y a quelques semaines. "Hang You Up", qui est le deuxième single et qui va sortir très bientôt en Australie. Je sais que la radio Nova de Melbourne le passe et nous espérons que les autres radios le feront aussi. C'est génial qu'on ait du soutien ici aussi rapidement. Nous avons tourné le clip de "For You, And Your Denial" et de "Hang You Up" le même week-end. C'était un week-end assez chargé !

Je voudrais juste évoquer une seconde et m'extasier devant l'album "Ocean Avenue". C'était l'album que j'écoutais dans mon adolescence, tout comme beaucoup de personnes dans le monde avec "Ocean Avenue", Way Away", et "Only One". Est-ce que ça vous plaît toujours de jouer des chansons qui ont presque dix ans maintenant ? Les chansons de cet album sont sans doute les préférées des gens qui viennent à vos concerts.
J'adore jouer ces chansons. Je ne me demande pas de quel album elles sont tirées, j'ai juste envie de les jouer. Je peux dire honnêtement que "Ocean Avenue" est la chanson que je préfère jouer en live car il y a toujours une explosion d'énergie. Je suis là pour m'assurer que les gens passent le meilleur moment de leur vie. Quand c'est le cas, c'est une libération pour moi et je peux profiter. Je ne monte pas sur scène pour moi. Je sais que ça peut paraître bête mais c'est vrai. Je veux que les gens dans le public ressentent comme une décorporation. C'est ce qu'un concert de rock doit provoquer. Si ça plaît au public, alors je le joue.

Ca fait plaisir à entendre ! A la fin de l'année dernière, vous avez signé chez Hopeless Records. Qu'est-ce qui a motivé cette décision ?
Nous devions nous décider pour une maison de disque ou un label indépendant. C'était assez incertain. Hopeless étaient les seuls à paraître vraiment intéressés par notre projet. Dans le monde de la musique, c'est ce qu'on recherche. On veut qu'ils soient investis dans ce qu'on fait et aussi fidèles que nous. C'est très rare dans le monde de la musique mais nous nous sommes tout de suite bien entendus à ce niveau. C'était devenu une évidence.

Une dernière question pour vous et sans doute la plus importante pour les fans australiens : quand est-ce que vous pensez pouvoir revenir faire une tournée en Australie ?
Je ne suis pas sûr mais nous essayons de venir cette année. Nous sommes encore en pleine planification. Nous nous concentrons sur les tournées internationales pour cette année et je sais que nous viendrons en Australie mais je ne sais pas encore quand. Nous adorons l'Australie. Nous y avons joué nos meilleurs concerts. Je me rappelle au moment d'"Ocean Avenue", nous avons reçu énormément de soutien. Nous avons vraiment hâte de revenir.

Interview traduite par la soins de Muriel/ycf

[Haut de page]